dimanche 14 avril 2019

15 000 km et 5 mois sans poutine plus tard, tout un roadtrip.


Lundi dernier, nous étions à Biloxi au Mississipi, départ Montréal après un premier hiver passé dans le Sud-Ouest américain. Quelle aventure! Des regrets d'avoir quitté la job à 53 ans pour vivre le rêve et manquer un des pires hiver québécois? Pas pentoute, même si c'était le pire hiver dans l'histoire du Sud-Ouest. Étions nous préparés, oui. Avons nous eux des pépins, oui. On vas tu recommencer, mets en!


Des souris dans le truck, un gasket à 50 cennes qui a passé proche de mettre le feu au truck, un vieux distributeur qui a laché sur l'autoroute et causé une cascade de bobos, ce faire foutre dehors du Walmart de Yuma par la police au milieu de la nuit et découvrir que notre dernier stop avant Montréal était fermé aux nomades sont les quelques embuches que nous avons eu sur notre chemin. Rien de grave. On a testé notre plan B (Motel), les pièces étaient miraculeusement en stock, nous avons fait un bon bout de chemin avec un couple de nouveux amis dont le gars est un mécano expert en carburateur Quadrajet, qui nous on permis de faire la rencontre d'un autre couple d'amis fantastiques de l'Ontario et on s'est démerdé ensemble. Rien n'arrive pour rien.


Les paysages furent à couper le souffle, la faune diverse à souhait, merde on a vu des dauphins, et bien que j'avais hâte de m'y trouver, je n'avais aucune idée comment je tomberais en amour avec le désert. Secs, énormes et pleins de vie que sont ces endroits magiques. Si vous pouvez le croire, le désert de l'Arizona est plus beau que le désert de la Californie! Le Texas est énorme, le Nouveau Mexique est so-so, la Californie ça coute cher et la Louisianne a des gens des plus acceuillants, surtout si vous parlez français. En fait tout les états du Sud sont fidèles au légendaire motto "Southern Hospitality". J'ai découvert que le peu d'espagnol que j'ai appris sur Youtube valait pas d'la marde. J'ai tout de même réussi à avoir une conversation avec un mexicain concernant son pick up vintage avec un mix d'anglais, espagnol et français au Nouveau Mexique. Pour dire qu'entre gars de chars, on se comprends.


La misère on a vu aussi avec les gens qui vivent dans leurs voitures pas par choix, les quartiers défavorisés laissés à eux mêmes par leurs villes, les mendiants sur le bord des routes avec bidon d'essence et la ségrégation qui existe encore même si oh subtile. Mais ces gens pour la plupart ont la tête haute, le sourire et l'espoir comme ces marginaux rencontrés à Slab City et ces 3 jeunes qui voyagent par train cargo comme les hobos d'autrefois. Les quelques rares pas d'allure que nous avons croisés ne méritent pas plus que cette mention.


C'est bizarre comment plus on s'éloigne, plus on se sent comme un invité. Ceci amplifie comment un térritoire géographique dans son entier comme le Québec peut être ressentie comme la cour chez nous quand on y revient. Nous sommes content d'être de retour et nous allons planifier pour l'hiver prochain. Pour l'immédiat, garder un oeil sur le blog dans les prochaines semaines.Ayant un meilleur accès réseau, du temps et de la réflexion, je vous donnerais plus de détails sur certaines étapes de notre voyage.


Bonne Route

Gerry :)

lundi 1 avril 2019

Life is a beach


Après le désert, nous revoici sur les plages du Golfe du Mexique alors que nous éffectuons notre retour clopin clopant vers Montréal. La van a continué à nous donner du fil à retordre et une inième vérification a révelé des connections douteuse, un cap de distributeur neuf craqué et un tuyau de vacuum débranché. Ça devrait être mieux mais on va voir. Une van vintage c'est pas toujours de tout repos, tenez vous le pour dit.

Nous avons passé du temps à Magnolia et Bolivar sur la plage au Texas. Pour le moment nous sommes à Créole en Louisianne sur la plage. Ces deux semaines de plage paradisiaques nous ont coûté un gros total de $10. C'est pas au Québec qu'on voit ça. Pi le $10 est bon pour un an à Bolivar!

La plus grosse différence entre la plage et le désert est l'humidité. Mon bras droit qui va nécéssité des rayons X en arrivant me le rappel chaque nuit.

Nous avons rencontré beaucoup de gens sympathiques lors de notre voyage mais rien n'égal les gens de la Louisianne. Surtout si vous parlez français. Du monde simple, chaleureux et acceuillant. Je vous laisse avec une photo d'une grosse bébitte morte qu'on a trouvé sur la beach ici.


Bonne Route

Gerry. :)

mercredi 20 mars 2019

Anatomie d'une panne.


Oui, ça fait deux semaines qu'on a pas donné de nouvelles mais la rareté du signal vient parfois avec la beauté du désert et nous souffrons tout les deux d'un virus ramené de Montréal. Mettons que l'inspiration n'était pas au rendez-vous. Présentement nous sommes à Fort Stockton au Texas et nous nous dirigeons tranquillement vers l'Est. Il ne reste plus que 3 semaines avant notre retour donc, faut faire du mileage.

Mais revenons deux semaines en arrière pour que je puisse vous raconter. L'impensable c'est produit, la van a lâché! Nous quittons Tucson pour notre spot paradisiaque dans le désert 2 heures plus loin. Il fait beau et notre G20 bouffe les kilomètres à pleine bouchés. Elle va bien...trop bien. Comme une ampoule qui est aussi brillante que le Soleil juste avant de mourir. Mes oreilles, mes yeux et mes fesses sont aux aguets. Finalement je laisse tomber, parfois les astres s'enlignent et ces vieilles mécaniques se transforme comme par magie en montre Suisse. C'est beau rêver au 6/49.

À 8 kilomètres de la sortie, le moteur tousse et malgré plus de pression sur l'accélérateur, la vitesse baisse. On se tasse tout de suite et ma première déduction, manque d'huile à transmission. Je sais que j'ai une légère fuite mais non, tout est normal. On repart et à 7 kilomètres de la sortie, pouf, pu rien le moteur crève.

Je tente de redémarrer mais rien à y faire, pas de feu dans les pistons. Reste à déterminer, manque d'essence ou d'allumage? On tourne moteur et on sent l'essence au carburateur. Problème d'ignition. Le distributeur de 40 ans a chauffé et la déformation coupe un contact.

On laisse refroidir 20 minutes, je prends mon tuyau d'entrée d'air que j'allonge du capot au distributeur, clenche le capot à moitié et...vroum! On réussi à se rendre à notre destination.

Un beau distributeur Accel flambant neuf en stock chez l'Autozone local.

Nous avons remplacé le distributeur au complet grâce à notre ami Dan et maintenant tout roule à merveille. Sans être un mécanicien professionel, c'est bon de savoir comment fonctionne son véhicule et son état général. Avoir des amis mécanos ça aide aussi!

Bonne Route

Gerry

lundi 4 mars 2019

Tucson, Tombstone et les environs.


Après le désert de Ajo, nous avons poursuivi notre périple vers l'est et posé nos roues á Tucson au casino Del Sol. L'occasion en or pour revisiter le musée aérien de Pima avec un bonus inattendu. Une journée complète de haute voltige avec A10, F16, F35, F86 Sabre et Mustang pour en nommer quelques uns.


Ceci fut suivi d'une randonnée en Jeep avec des amis au sommet du mont Lemmon á plus de 8 000 pieds d'altitude. Des paysages à couper le souffle. Le fait de passer d'un t-shirt á la base pour ensuite être en manteau d'hiver au sommet ne manquait pas de piquant non plus.


Nous avons également fait 4 heures de route pour visiter la légendaire ville de Tombstone. Une importante parti de la ville est encore tel qu'elle se trouvait à l'époque de Wyatt Earp et les résidents en profite au max.

Nous savions très bien que notre destination était une trappe à touriste mais on a tout de même été surpris. Comme un bar de danseuse, on te reçoit avec un sourire, tout est beau mais tout a un prix. Figurer $50 USD par personne pour voir toutes les attractions.

Une exception, la White Raven Co sur Allen a une exposition de truc vraiment bizarre derrière la boutique de produits uniques. C'est gratos et ça vaut la peine. La visite du secteur historique est pittoresque et les boutiques sont bien garnies si vous avez le budget. Vous pouvez acheté un vrai Colt 45 mais ça passera pas aux douanes.


D'ailleurs, si vous voyez un Marshall avec bottes et chapeau de cowboy avec la main sur son Colt de 12 pouces de canon sur le trottoir en bois, il ne s'agit pas d'un acteur. Trois Marshalls sont assignés en tout temps dans la ville en costume d'époque pour intervenir auprès de gens enthousiastes et parfois armés. Tirer en l'air avec des vrais armes arrive à l'occasion mais contrairement à 1881, ce n'est plus permis.



Finalement, hier j'ai réussi une photo que je m'étais promis de faire avant mon départ. Un vrai Roadrunner avec un bol de graines d'oiseaux. Succès hier grâce à l'aide de notre ami Sylvie qui a poussé le Roadrunner gentiment dans ma direction.

Bonne Route

Gerry. :)

lundi 18 février 2019

2 semaines en une


Après une semaine à Imperial Dam, nous avons définitivement quitté la Californie pour cette saison. Après avoir ramassé et éliminé 2 souris, une troisième s'est manifestée. Nous avons pris deux nuits dans un motel de Yuma pour remplir la van avec 11 trappes de différentes sortes pour mettre un terme á l'intrusion...sans succès. La maudite a finalement crevé de faim une semaine plus tard.

Après notre "pause", nous nous sommes dirigés vers le Walmart de Yuma sur la 8 1/2 pour ré-approvisionner et y passer la nuit avant de nous diriger vers Ajo le lendemain 

Nous avons passé au moins 6 nuits dans ce Walmart sans problèmes malgré des enseignes d'interdiction et l'expulsion de collègues nomades quelques semaines auparavant. Cette nuit là il y avait aux moins 30 VR dans le stationnement, no way qu'ils vont nous foutre dehors...way.  À une heure du matin, pour la première fois, "TOCK TOCK TOCK POLICE!".  Le policier, très poli, de Yuma nous avise que nous devons quitter les lieux à la demande du Walmart. Nous sommes partis vers un truck stop un peu plus loin pour finir la nuit. J'étais content et déçu d'avoir déjà fait notre épicerie pour la semaine à ce même Walmart. Leçon apprise, toujours avoir un plan B en cas de déplacement imprévu dans le milieu de la nuit.


Le lendemain matin nous avons pointé la van vers Ajo Arizona et sont désert immédiat. Nous avons rencontré des amis pour y passer la semaine. Suite à leur gracieuse invitation, nous avons fait du Jeep dans le désert. De la très bonne physio pour mon bras endolori et des paysages à couper le souffle. La quantité et la variété de cactus est fantastique. Plus sur Ajo dans un prochain post. Suite à Ajo, nous allons commencer à nous diriger vers l'Est.


Bonne Route

Gerry

mercredi 6 février 2019

Les rats du désert


Il y a toutes sortes de bestioles dans le désert. Il y a 2 jours, deux souris ont élues domicile dans Tiki Motel entre les deux shells du hightop. Scrounch! Scrounch! Scrounch! Toute la nuit.

Une trappe bien placée a fait la job d'évincer les deux passagers clandestins. L'anxiété était dans le tapis pour nous deux mais pour des raisons différentes. Madame pour la bouffe et se faire sauter dessus au beau milieu de la nuit et moi le filage du truck sous le tableau de bord. Finalement, à part deux pains hamburger, pas de dommage.

Je rigolais un peu des mesures préventives prisent par nos voisins mais on peux tu vous dire qu'elles sont maintenant toutes en place! Capot ouvert en permanence pour rendre le compartiment moteur moins invitant, lumières allumées sous le camion la nuit et tous les trous les plus minuscules bouchés.

D'ailleurs nous croyons qu'elles sont entrées par un trou de ventilation resté ouvert par mégarde. Le design semi-centennaire de la G20 incluait une trappe de ventilation manuelle au pieds du chauffeur. La nôtre a brisé en position ouverte sans que je le sache. Problème maintenant résolu grâce à mon ami Dan dont le bras droit est 100% fonctionnel.

Bonne Route

Gerry  :)

lundi 4 février 2019

Un Québécois à Slab City


Contrairement au RTR, je n'avais aucune attente lors de mon passage à Slab City. J'avais fait plusieurs recherches en ligne sur le sujet au point où rendu sur place, je savais exactement à quel endroit me diriger. Je naviguais l'endroit comme si j'y étais déjà allé avec la confiance d'un chauffeur de taxi.

Un ami avait un contact avec Bill the Builder et nous avons commencé à chercher son site qui s'appelle "The Range", un endroit de spectacle avec une atmosphère à la "Thunderdome" avec les effusions de sang en moins. Après avoir passé devant sans le savoir, on demande des indications à un couple qui nous réponds avec une question, c'est tu Tiki Motel?

En débarquant à la Slab notre premier contact humain est avec des fans vanneurs du blog!?! Un bon signe. D'ailleurs nous avons fait la rencontre d'un autre jeune québécois qui s'est rendu ici en backpack! Incroyable.

The Range
L'expérience dans son entier fut un overdose pour mes sens. Étant un amateur de SF post apocalyptique, c'était comme y vivre chaque jour avec la violence d'Hollywood en moins. Comme j'ai spécifié dans un autre article, à moins de chercher délibérément le trouble, les chances qu'il vous trouve ne sont pas si élevé. Mais elles sont là tout de même, c'est pas le Vieux Terrebonne.


C'est incroyable ce qu'un "bonjour" avec un sourire peut vous apporter comme contact humain. Un homme qui vous montre avec fierté son système de filtration d'eau avec potager en plein désert avec un atelier complet qui peut rivaliser avec plusieurs machine shop que j'ai déjà visités...complètement off grid ou un couple de Boston venu s'établir dans un réservoir.

D'ailleurs la rencontre avec ce couple fut absolument magique. On m'invite avec plaisir pour visiter l'intérieur de leur château de béton armé, une vision et une vibe mémorable. Alors que j'admire le décor intérieur incroyable composé de toutes sortes de trucs trouvés dans le désert, incluant leurs "thrones", il m'explique qu'ils sont partis de Boston sur le pouce pour atterir ici 11 mois plus tard. Ils sont établis dans la "Think Tank" depuis trois ans. Alors qu'il m'explique le contenu de sa caverne d'Ali Baba, dans un coin sombre un vieux Monsieur improvise sur une Bass électrique donnant une ambiance au delà du cool à cette rencontre dont je n'oublierai jamais.

La Think Tank
J'ai beaucoup aimé mon expérience au point d'y rester cinq jours mais il est possible que vous n'aimez pas si jamais vous y aller. C'est pas pour tout le monde et il faut comprendre que la vibe à Slab City est éphemère et fluide.

En passant, le bras et l'épaule vont pas mal mieux. Je suis passé de 0% à 50% depuis l'incident et je retrouve du mouvement. 

Bonne Route

Gerry :)

lundi 28 janvier 2019

AYOYE CÔL......


article sur Slab City mais ça va attendre. Ma blessure en longboard la semaine dernière occupe une place importante chaque jour et chaque nuit. Physiquement et mentalement.

Pour mettre les pendules à l'heure, voici ce qui est arrivé. Je déambulais lentement sur mon longboard dans la piscine du skatepark de Slab City. Alors que je contemplait mettre fin à l'exercise, je fit un simple virage vers l'extérieur lorsqu'une de mes roues est passée sur une minuscule pierre. La planche est partie dans la direction opposée de mon corp qui lui se trouva alors immédiatement saisie par la gravité de la planète pour s'écraser violemment au sol sur le coté droit. Pas de casse à la tête, poignet ok grâce à l'équipement de protection mais l'épaule en a eu pour son argent suite à une extension brusque et vraiment pas naturelle du bras.

Le jour même de l'incident l'épaule même avait toute mon attention. La douleure était si intense que mon corp prenait le dessus sur ma capacité à la gérer. J'ai failli faire la toile trois fois et les signes avant coureur d'un état de choc sont apparus à plusieurs reprises alors que je fesais un mauvais mouvement. J'ai eu plusieurs incidents dans ma vie incluant être frappé deux fois par des voitures et une crise cardiaque. I know pain mais là c'était too much.

Au fur et à mesure que l'épaule c'est mis à désenfler, des nouveaux bobos se sont manifestés. Entorse au poignet, douleur intense au coude intérieur, un paquet de muscles bousillés dont je ne connaissaient pas l'existence et bien sûr l'épaule qui n'a toujours pas laissée sa place dans le cocktail quotidien de douleur.

Tout ça pour dire que du jour au lendemain je doit devenir gauché...pour tout. L'impact d'une telle blessure sur la vie nomade est important. Ce remettre sur ses pieds dans un espace restraint, c'est pas évident. Par chance il fait beau et je peux sortir dehors pour me changer les idées.

Soudainement un paquet d'activités deviennent impossible. Tir à l'arc, photographie, escalade, peinturé, écrire, avion modèle, jumelles sont des activités qui sont soudainement difficile voir impossible. Je ne voudrais pas avoir un problème mécanique. Une crevaison serait catastrophique. Une chute niaiseuse pourrait me ramener à la case départ pour ma récupération ou pire.

J'en ai pour 5 semaines à récupérer et plusieurs mois pour refaire la forme musculaire de ce qui a été bousillé. Donc, dans la catégorie le vanlife c'est pas toujours le paradis avec les belles fesses à l'air, garder en tête qu'une blessure inattendue peut foutre le bordel dans vos plans.

Bonne Route

Gerry. (M'a survivre.) :)

mardi 22 janvier 2019

Slab City Californie, c'est sécuritaire?


La première chose qui est mentionnée quand on parle de Slab City dans le désert de la Californie c'est "Est-ce sécuritaire?" La réponse à cette question est, comme cet endroit qui est le plus grand squat en Amérique du Nord, complexe mais tout de même simple. 


Cette endroit immense qui était autrefois une base militaire est habité par des résidents permanents et temporaires qui se sont appropriés les lieux abandonnés depuis quelques décennies. La population varie entre 150 et 1 500 au cours de l'année. L'été, il y fait une chaleur d'enfer. Tout ce qu'y reste de la base militaire sont les fondations des bâtiments (slab) et quelques réservoirs de béton. Il n'y a aucun service. Ni électricité et ni eau malgré la présence d'un canal d'irrigation tout près.


Il est donc possible de s'y établir temporairement ou en permanence un peu partout...pas vraiment. Slab City est une communauté hétéroclite au sens très large du terme, mais une communauté tout de même avec des emplacements établis. Parfois avec des pierres, des pneus ou même des broussailes, les résidents délimitent leurs emplacements et malheur s'en prendra à ceux qui ne les respectent pas. Une roulotte complètement bousillée qui manque des morceaux de structure n'est pas un gage qu'elle soit vide. Il est toujours bon de faire preuve de prudence. 


La chose intelligente à faire quand on trouve un spot intéressant, c'est de demander au campement le plus proche si c'est correct. La personne pourra peut être même vous renseigner sur le voisinage immédiat.

La Slab n'a rien à voir avec un camping saisonnier, c'est une dompe. Si vous cherchez la dompe pour laisser vos poubelles, il y a des chances que vous avez déjà les deux pieds dedans. Ce n'est pas un endroit de tout repos non plus. De la musique house, clairon militaire, motocross, hélicoptères Chinook, jets, bombes (Terrain d'exercise militaire juste à coté.), armes à feux, monologues engueulés, engueulades engagées, génératrices et des chiens participent à cette cacaphonie à toute heure du jour et pas de Jacky en vue pour leur coller un ticket. 


D'ailleurs les chiens sont un danger réel sur le site. Se promener avec un bâton est de rigueur pour parer aux chiens agressif sans laisse sur le site.

Bien qu'il y a des patrouilles régulières du Sheriff d'Imperial County, personne ne contacte la police sauf pour mort d'homme. Tout se règle à l'interne et de ce que j'ai pu comprendre ça peut passer de la discussion, du 12 ou de se retrouver avec son campement brulé au sol pendant que vous êtes parti au dépanneur. Dernier conseil, ne pas prendre de photos comme un touriste. Les gens ici tiennent à leur vie privée. Demander avant.



Alors, à moins d'être un imbécile, un tata ou un animateur de radio poubelle de Québec, visiter Slab City peut être sécuritaire en gardant en tête que vous êtes un invité dans une communauté et non un visiteur dans un zoo. Nous y avons passé 5 jours.

Bonne Route

Gerry. :)

samedi 19 janvier 2019

Longboard Sector 9 à vendre.


Mon plan B a expiré. Pour avoir fait du skateboard depuis l'âge de 12 ans, un lobgboard était une option interessante pour les déplacements courts. Plus petit qu'un vélo et plus rapide que marcher. Sans désir de faire des conneries et avec l'achat de protège poignets, j'étais pas mal confiant de ne pas me casser la gueule.


Le plan B a été très éfficace jusqu'à hier. J'ai découvert à mon arrivé à Slab City l'existence d'un skate park dans l'ancienne piscine de la base militaire. Donner quelque coup de jambe pour pouvoir me vanter d'avoir fait du longboard à Slab City devenait soudainement évident. Surface parfaite et lisse, qu'est ce qui pourrait arriver de mal?

Une p'tite criss de roche dans ma roue pendant que je carve vers l'extérieur, c'est ça qui est arrivé. Tombé sur mon bras droit, le poignet protègé mais tous les muscles de mon épaule droite ont été violemment étirés au point que je suis presque tombé dans les vaps deux fois.

Donc là j'en ai au moins pour six semaines sur le cul à guérir. À l'âge que je suis rendu, je ne peux plus me permettre une autre débarque de la sorte.

Donc, longboard sector 9 légèrement utilisé depuis son achat neuf en juillet 2018 pour $350, à vendre pour $200. Il a roulé avec les alligators en Louisianne et bien sûr à Slab City.

Bonne Route

Gerry  :)

jeudi 17 janvier 2019

Le RTR 2019


Chaque année depuis maintenant 4 ans, les nomades de partout en Amérique et certains d'ailleurs se donnent rendez-vous dans le désert d'Arizona près de Quartzsite. L'an dernier ils étaient 5 000 et cette année Bob Wells et ses bénévoles qui organisent l'évenement ont estimé à 8 000 le nombre de personnes sur le site.


L'évenement a eu lieu cette année du 8 au 20 janvier sur un site situé à l'Est de Quartzsite sur un BLM habituellement non accessible au public.

Le RTR (Rubber Tramp Rendezvous) est ciblé surtout pour les novices afin de leurs fournir une foule d'information lors de conférences à ciel ouvert. La variété de véhicules sur le site est également une énorme source d'inspiration autant pour les vétérans que pour les nouveaux. Il s'agit aussi de faire du réseautage afin de nouveaux "voisins" que nous rencontrerons possiblement lors de nos périples.


Nous avons quitté le 16 janvier car on commençait á manquer de bobettes. C'était le temps d'aller faire des provisions et du lavage à Quartzsite et nous avons ensuite continué notre chemin sans y retourner. Il faut dire que le jour précédent, la rencontre a été arrosée par quelques averses et mis un frein à l'évenement. Exode permanente ou temporaire de plusieurs et l'absence quasi totale des organisateurs qui ont passé la journée dans leurs véhicules.


Cette journée de pluie nous a offert de voir de nous mêmes le danger des "wash" . C'est un lit de rivière assèché que l'on retrouve un peu partout dans le désert. L'absence de pluie où vous êtes n'est pas garant que le jolie lit de sable et de gravier sec ne se transforme pas en rapide de Lachine miniature rapidement. J'ai été victime moi même de cette situation...en me rendant aux toilettes l'autre coté du wash. 5 minutes plus tard, boom! Un pied d'eau avec courant (Voir la photo). Il était impossible pour moi de traverser à sec. Malgré l'absence de planification du MTQ et de cônes oranges, j'ai tout de même construit un pont pédestre avec quelques pierres pour retourner á mon campement.

Finalement, le RTR on y va ou on y va pas? Si vous voulez rencontré des gens et en apprendre plus sur la vie nomade, oui. Si vous croyez vous rendre à une version nomadique de Woodstock, pas vraiment. Je peux vous dire sincèrement que je n'y serai pas en 2020.

Bonne Route

Gerry. :)

mardi 8 janvier 2019

Pièce de $0.50 VS truck de 3 tonnes


Après 3 jours dans un BLM du désert de Californie (sujet d'un prochain post), il était temps de quitter pour refaire nos provisions avant notre retour dans le désert de l'Arizona pour nous joindre à des milliers d'autres nomades au RTR.

15 minutes après notre départ, la van commence à sentir le gaz. Sort les outils car l'essence fuit au carburateur à l'endroit où j'ai remplacé le filtre à essence. On ressert le boulon et on repart.

1 heure plus tard, je vérifie la réparation et...coule encore! On ressert une autre fois pour ce rendre au Walmart de Yuma rencontrer nos amis Daniel et Sylvie.

Daniel qui s'adonne à être un bonze des carburateurs Quadrajet! Il trouve immédiatement le problème, un miniscule gasket en nylon de $0.50 doit être remplaçé. Mais on trouve ça comment un p'tit morceaux d'même pour un truck de 39 ans???

Pas de chance chez O Reilly avant 36 heures pour peut être avoir la bonne affaire. Par chance mon expert trouve le numéro de pièce et contact le NAPA local qui peut avoir la pièce le lendemain. J'en ai acheté 5!

C'est étonnant de réaliser que tel l'éléphant qui a peur de la souris, l'absence d'un morceau en nylon de quelques grammes peut rendre un véhicule de 3 tonnes complètement inutile.

J'ai aussi la chance du bon payain collé aux fesses d'avoir comme voisin nomade un expert en carburateur Quadrajet. M'a te prendre un 6/49.

Bonne Route

Gerry. :)