jeudi 13 décembre 2018

Premont Texas, une ville fantôme?


Alors que nous roulions sur la 281 Nord, je vois à ma gauche la vision incroyable d'une rue principale complètement abandonnée. Ayant du temps devant nous, je fais demi-tour pour aller y voir de plus près.


Malgré la proximité de l'autoroute et une banque flambant neuve au beau milieu, le coeur de cette petite ville est complètement abandonné! Bien qu'il y a plusieurs résidence habité autour, la principale est déserte, l'école, le théatre et le grand gymnase sont abandonnés. Au pied de la tour d'eau, le cimetière des camions du service d'incendie local qui est survolé par une vingtaine de vautours...pas de farce.


En retournant au camion, je remarque la porte du gymnase qui est ouverte. Dû à son architecture et le barricadage, il a été épargné des vandales. À l'intérieur deux jeunes hommes, Luis et Sergio, s'affère à passer le balais pour nettoyer le plancher en bois centennaire du court de basketball. On m'explique que les gens ont simplement quittés pour aller vivre ailleurs en périphérie. Avec cette exode soudaine, les équipes locales de football et de basketball se sont dissolue. Il faut comprendre que les équipes de sport à partir du niveau école secondaire c'est big pour les petites villes au States.


Selon les deux bénévoles qui ont gradués de l'école locale maintenant fermée, des équipes se forment et les gens reviennent vivrent dans la petite ville au bord de la 281.

Je n'ai aucun doute que leurs efforts porteront fruit.

Bonne Route

Gerry. :)

mardi 11 décembre 2018

South Padre Island Texas


Bien qu'on a pas de neige, il n'a pas fait chaud chaud depuis notre départ. Aujourd'hui sur la plage de South Padre Island, le vent est soudainement raisonnable et le Soleil est au rendez-vous.

Une combine parfaite pour s'écraser sur une chaise et fouerrer à la chaleur. Ok, j'ai pris la peine de nettoyer Tiki Motel pour prévenir les ravages du sel marin mais avec 4 breaks.


Le chapeau provient d'un marché aux puces mexicain. J'ai profité de l'occasion pour tester mes leçons d'Espagnol. Il s'avère que mes leçons Youtube valent pas d'la marde! J'ai encore un méchant boutte à faire. Malgré tout, ce fut une expérience très agréable.


On profite du beau temps ici le temps que ça dure et ensuite direction Ouest pour l'Arizona...la grosse vie sale!

Bonne Route

Gerry :)

jeudi 6 décembre 2018

Un Québecois au Texas 2


Bien des choses impressionnent au Texas. Des choses qui sautent aux yeux comme les airboats si bruyant avec leurs énormes hélices propulsés par de gros V8. Les gros pick up avec des tailpipes de 10 pouces, toutes les vitres teintées noires à faire rager un policier de Granby, des pneux larges et des lift kits à faire exploser le crayon d'une chemise verte de la SAAQ.

Ce qui m'a ému le plus par contre à date c'est la faune locale. Les papillons, les oiseaux de proies d'une diversité ahurissante comme j'en ai jamais vue. Ah oui, des dauphins...des fucking vrais DAUPHINS! Pas une mes deux fois. Voir ces créatures dans la nature c'est absolument magique. En passant les hérons qu'on voit au Québec passent leur hiver ici et bavent les pélicans locaux. "Tasse toé s'tie!"


Le summum à date est arrivé aujourd'hui. Une attraction locale nommées "Big Tree". Ok, un gros abre pas loin. On va aller voir...WOW! Le chêne de 11 pieds de diamètre devant nous entouré d'une clôture pour sa protection a plus de 1 000 ans. J'ai de la difficulté à vous expliquer les émotions intenses d'être devant une chose vivante depuis plus d'un millénaire. Ces émotions m'ont amené aux larmes et pour moi ce seul moment magique justifiait le voyage. Il faut vraiment y être pour apprécier. De ce qu'on nous dit, d'autres moments du genre nous attendent dans notre périple.


Bonne Route

Gerry. :)

lundi 3 décembre 2018

Un Québecois au Texas.

Magnolia Beach, Texas.
Notre arrivé au Texas la semaine dernière fut tout un choc avec notre aventure dans un quartier pauvre de Port Arthur. Nous avions rendez-vous deux jours plus tard chez des amis dans la région de Galveston. Des vrais Texans.

Ils vivent dans une communauté cloturé avec un garde á l'entrée, n'entre pas qui n'est pas invité. J'étais surpris de constater que l'endroit n'a rien à envier aux banlieux de Montréal comme Dollard-des-Ormeaux ou Ville Mont-Royal. Certains résidents non satisfait du périmètre de quartier on même cloturé leur propriété au complet avec fermeture automatique lorsqu'ils y entrent avec leurs voitures!

TMR avec des palmiers.
Nous avons aidé nos amis avec un évenement de Noël dans le parc pendant la fin de semaine...Noël. Immédiatement après la Thanksgiving, les Texans commencent à fêter Noël en grand jusqu'au 25. Des décorations à la Griswold partout, la musique, les parades et tout le monde vous souhaite "Merry Christmas". Comme le Texas, Noël ici c'est big.

Nous avons remercier nos hôtes ce matin avant de partir pour Magnolia Beach. Ils devaient partir pour l'aéroport pour saluer l'ex président Bush dont la dépouille allait quitter pour Washington. Ils sont partis en s'assurant d'apporter leur drapeau américain. On a beau dire qu'on est fier d'être Québécois, mais les Texans pourrait nous faire la leçon.

Les gens ici sont extremement polis et le language obscène est vraiment très mal vu. Très pieux, par contre il ne tente pas de vous vendre leur salade.

Conduire au Texas c'est quelque chose, beaucoup de rien entre les vides. Une énorme raffinerie puis rien. Un énorme High School suivi de rien. 2 Dairy Queen sur 1 kilomètre puis rien. Rien n'est bâtie en hauteur et tout est plat, du St-Eustache à perte de vue interrompu par des steaks qui broutent dans les champs. De très bons steaks en passant.

La nature prend ça place sur une trace humaine.
Bonne Route

Gerry. 


mercredi 28 novembre 2018

Port Arthur Texas...sur le mauvais bord de la trac!


À gauche de l'image, une raffinerie tellement grosse que celles de Montréal ressemblent à une station service de région qui sent les roses. L'autre coté de la rue, oú la fumée que vous voyez et les odeurs épouvantables qui viennent avec se dirigent, un secteur résidentiel pauvre de Port Arthur au Texas.

Lors de ma visite à Breaux Bridge en Louisianne j'ai eu la chance de me lier d'amitié avec un itinérant afro-américain qui m'avait donné une visite guidé de la place. Je lui avais demandé quel genre d'attitude avait la police locale, toujours une information importante pour un nomade. Il m'a expliqué qu'ils étaient très cool (Confirmé suite à ma rencontre avec l'un d'eux.). Par contre, il m'a dit que pas mal partout ailleurs un noir qui s'entretient avec un blanc se ferait immédiatement interpellé sous suspicion de vouloir lui vendre de la drogue. J'étais estomaqué. Jusqu'à ce matin, je n'avais pas vraiment remarqué de division raciale.

Aujourd'hui nous avions prévu un arrêt à Port Arthur pour de l'essence, de l'épicerie et diner au resto. En tournant à droite de la raffinerie pour entrée dans la Ville on se rends compte rapidement que ce n'est pas le Mascouche ou Terrebonne que l'on s'imaginait.

La dévastation de l'ouragan Harvey en 2017 est encore très visible. Nous arrêtons faire le plein et la pompe à essence la plus lente de la planète me donne amplement le temps d'observer mon environnement immédiat. Tout est à la démanche et on nous regarde avec un air surpris et méfiant. On est pas à notre place. On part finalement pour nous rendre un peu plus loin croyant trouver un marché.

Erreur, on s'enlise de plus en plus dans les petites rues résidentielles qui font paraître celles de Montréal pour un plancher de gymnase. J'en ai marché des quartiers pauvres au Québec mais rien comme j'ai vu aujourd'hui.

Sous la beauté des couleurs et des colonnes de briques en spiral, des toits ondulés qui peuvent céder à tout moment, des voitures détruites, des ordures, des murs et des sections de toit manquantes recouverte en permanence avec des baches bleux. Les clôtures pleines qui font le tour complet de la propriété et les grillages sur les portes et fenêtres sont un autre indicateur qu'il n'est pas trop bon d'y trainer. Ces maisons qui ont l'air abandonné sont tous habitées.

Finalement nous sommes retournés sur la grande route vers la prochaine Ville. En guise d'au revoir, une poursuite policière digne de Youtube se déroulait en paralèlle à deux intersections de nous. Time to get out of Dodge.

Vous comprendrez que je n'ai pas pris le temps de débarquer pour prendre des photos.

Bonne Route

Gerry


lundi 26 novembre 2018

Le rêve réalisé en Louisianne sur la plage dans le Golfe du Mexique.


Nous avons choisi de nous arrêter dans la petite ville de Breax Bridge pour quelques jours le temps de passer la Thanksgiving. Tout est mort et tranquille pendant cette fête majeur chez nos voisins du Sud...sauf le Walmart le vendredi. Nous sommes restés loin des foules et nous avons campé sur le bord du Bayou.

Les résidents sont fiers de leur héritage acadiens et plusieurs parlent français. Des gens acceuillants et généreux qui nous ont introduit au boudin cajun. Rien à voir avec la saucisse dégueulasse qu'on a au Canada. Un mélange de porc, de riz et d'épices absolument délicieux. Mettons que ça compense pour l'absence de Kraft Dinner.

Nous avons été rejoins par d'autres nomades du Québec et je suis surpris par le nombre de nomades que je rencontre. Autant Canadiens qu'Américain. On n'a beaucoup de voisins!

Après avoir rempli notre propane dans une fruiterie/poissonnerie/cour à scrap, nous nous sommes dirigés vers Rutherford Beach sur le bord du Golfe du Mexique.

Arrivé sur place, ce fut l'apothéose du rève sur lequel nous travaillons depuis deux ans. Avec la van stationné directement sur la plage, nous avons savourés le moment. L'endroit est fabuleux et nous y passerons quelques jours.

La diversité de la faune continue à nous surprendre à chaque jour. Pendant le trajet vers la plage, un alligator a traversé le chemin devant nous! Hier moi et notre ami Michel somme assis à profiter de la grosse vie sale quand j'entends "Gerry...Gerry...GERRY!" Un énorme faucon passe directement devant nous à moins de deux mètres du sol. Depuis ce moment, le salaud se pousse à chaque fois que je sors ma caméra.


Bonne Route

Gerry. :)

jeudi 22 novembre 2018

Bye Bye Biloxi, bonjour Louisianne.


Il était temps de quitter Biloxi après 5 jours en bonne compagnie. J'ai été estomaqué par l'ampleur de la dévastation de Katrina même 13 ans plus tard après la reconstruction. Les quartiers complets qui n'ont que rues et trottoirs sans maisons laisse une drôle de sensation. J'y ai d'ailleurs appris quelque chose.

La Ville coupe régulièrement le gazon de tout ces quartiers vides. Si le gazon pousse trop, il devient un habitat fertil pour les serpents du coin. Il semble qu'il y a au moins trois espèces pas mal mortelles dans le coin. Leçon apprise, ne jamais marcher dans l'herbe haute ou aux endroits qu'on ne peut voir où on pose ses pieds dans le Sud!

D'ailleurs la faune est omni présente et diversifiée plus nous allons vers le Sud. Notre arrivé en Louisianne a été marquée par un Aigle volant au dessus de l'autoroute avec un énorme, genre que je n'arriverai jamais à capturer, poisson dans ses griffes.

Nous passons la nuit dans une petite ville du nom de Breaux Bridge.

Bonne Route

Gerry. :)